Entretien avec Gala el Hadidi – Notre Carmen d’Opéra en Plein Air

Profession –  Mezzo-Soprano 
Tournée – Carmen de Bizet, festival Opéra en Plein Air 2018, mis en scène par le cinéaste Radu Mihaileanu, produit par Moma Group
La découvrir –  Le 31 août/1er septembre au Château d’Haroué, du 5 au 8 septembre aux Invalides

Gala el Hadidi rejoint la Compagnie de l’Opéra du Caire en tant que soliste à 18 ans, accepte l’invitation de l’Opéra de Dresde quelques années plus tard, obtient dans la foulée un énième diplôme à l’université de Yale aux Etats-Unis et fait la tournée des opéras – du Maroc à la Floride- où elle prend, naturellement, la vedette. Et gagne de nombreux prix en cours de route ! Voyageuse par la force des choses, elle ne s’écarte néanmoins pas du chemin : opéra, humilité et joie de vivre. Et la quête du beau.  

Entretien avec l’artiste (crédit photo – T. Suarez)

Opéra en Plein Air est-il votre premier festival en France ? C’est mon second festival en France mais mon premier opéra ! Et je suis très heureuse d’incarner Carmen, avec le metteur en scène Radu Mihaileanu, pour cette première fois.

Vous avez grandi au Caire. Etes-vous toujours basée là-bas ? Plus depuis 2008 car je voyage beaucoup. Je vis désormais en Allemagne mais avec toujours beaucoup d’allers-retours en Egypte où je me produis souvent.

Radu Mihaileanu a choisi d’aborder la question de l’exil dans la mise en scène de Carmen ; cette cause vous parle-t’elle ? Grâce à Dieu, je n’ai pas vécu de guerre et je n’ai jamais eu besoin de quitter l’Egypte. En 2010, je suis partie pour rejoindre l’opéra Semperoper à Dresde. Mais la question soulevée par Radu concerne toutes les races, pas une nation en particulier ; c’est un sujet universel. Cette version de Carmen parlera à tout le monde, et, je trouve formidable le parti pris de Radu.

Vous avez eu une jeune très cosmopolite. Cela vous a-t-il aidé à endosser vos rôles ? Sans l’ombre d’un doute ; Et non seulement pour porter les différents rôles mais aussi pour répéter avec des artistes des quatre coins du monde. Parler plusieurs langues, et comprendre les différentes cultures, facilitent beaucoup mon travail.

Vous sentez-vous Carmen au quotidien ? Très bonne question ! Je me la pose d’ailleurs souvent. Ma réponse est la suivante : être une femme du 21ème siècle nécessite d’être forte et indépendante, à l’instar de Carmen. Mais quand il s’agit de l’amour et de la vie privée, je suis plus discrète… et loyale, bien sûr.

Le mot – ou la phrase – que vous préférez en français… J’en ai beaucoup mais, au dessus de tout, j’aime l’intonation – et le sens – de « joie de vivre ». Les français savent, mieux que tous, « vivre » : ils l’ont érigé en Art ! Je trouve cela magnifique.

En arabe ? « Li kol shay’iza ma tam noqsan » de l’arabe classique et d’un poème ancien, qui évoque que « tout ce qui atteint la perfection passe à coté de quelque chose… » C’est un concept compliqué à expliquer mais j’aime cette idée qu’il faut toujours aspirer à être meilleur, et qu’il y a toujours plus à donner et à attendre de la vie.

Il y-a-t-il des châteaux que vous avez particulièrement hâte de découvrir dans la tournée Opéra en Plein Air ? Tous sont plus beaux et emblématiques les uns que les autres… C’est la France ! J’ai hâte de les découvrir un à un et j’espère aussi qu’il ne va pas pleuvoir (rires). Ce qui m’importe le plus c’est découvrir les différents publics, plus encore que les sites peut-être. Sentir les énergies des différents territoires, et de leurs habitants, m’intéresse beaucoup.

Quels sont vos projets de vacances cet été pendant la pause Opéra en Plein Air Je retourne au Caire pour une série de concerts à l’Opera House puis je file vers la Finlande pour le festival lyrique Savonlinna puis retour en Allemagne pour le mariage de ma meilleure amie. Et je me réserve un peu de repos en août dans un endroit très secret de l’Adriatique…. Je ne vous dirai rien au cas où Don José aurait décidé de me suivre ! (rires).

Après un spectacle, c’est : dodo, fête, restaurant ou lecture ? Je rentre le plus souvent chez moi, sauf si c’est une première partie. J’écoute du rock (tout sauf de l’opéra !), je joue avec mes chiens, je lis un peu… Je m’occupe tranquillement pour évacuer l’adrénaline de la performance et trouver le sommeil.

www.operaenpleinair.com