RESTAURANT LAPÉROUSE

MAISON DE PLAISIRS

Un écrin flambant neuf pour ce joyau parisien connu dans le monde entier.

Ce lieu de légendes réouvre ses portes après de minutieux travaux de restauration et une carte signée par les chefs Jean-Pierre Vigato et Christophe Michalak, ainsi que Cordelia de Castellane à la Direction Artistique & Art de Vivre.

A PROPOS DU LIEU

Cet ancien hôtel particulier du 18ème siècle devient un restaurant gastronomique dans la seconde moitié du 19ème siècle, rapidement fréquenté par le Tout-Paris littéraire, politique et culturel. Nerval, Baudelaire, Zola, Maupassant, Proust, Edouard Manet, Hector Berlioz, Jules Verne… Chaque salon particulier garde sa patine et  l’âme d’un de ses illustres habitués. Du Duc de Windsor à François Mitterrand, d’Orson Welles à Serge Gainsbourg, les temps modernes ont également vu le passage des grands de ce monde. Une atmosphère inédite et très parisienne qu’Alex Vanopbroeke, restaurateur, a voulu retraduire dans ses travaux de rénovation au sein du bar installé au rez-de-chaussée; Tapissiers et peintres du Carré Batignoles ont oeuvré de concert afin de créer une atmosphère élégante, feutrée et sensuelle. Entre banquettes capitonnées de velours et boiseries repeintes à la feuille d’or, le décor invite au voyage dès la porte du Lapérouse franchie.

LE SAVIEZ-VOUS ?

-Monsieur Lefèvre, limonadier du roi, achète l’Hôtel Particulier en 1766 et le transforme en « Marchand de Vins » où se croisent à toute heure du jour, marchands et acheteurs de volaille (le célèbre marché aux volailles, Marché de la Vallée, est alors en face).

-Victor Hugo de son temps venait chaque semaine déguster les fameuses confitures Lapérouse en compagnie de son petit-fils.

-En 1933, Lapérouse fait partie de la première promotion des Trois Etoiles du guide Michelin, à coté de la Tour d’Argent, de Lucas Carton et de La Mère Brazier. Il arborera, 38 ans durant, la distinction suprême des 3 Macarons.

-Le Salon de la Boussole (nom d’un bateau du comte de La Pérouse) est entièrement couvert de cuir de Cordoue façonné.

-Les élégantes et « cocottes » avaient l’habitude de graver leur nom avec les diamants que ces galants Messieurs leurs offraient : les « griffures » datés de 1850 à 1958 y sont tellement nombreuses qu’on peut aujourd’hui passer des heures à déchiffrer ces amours secrets.

-Un escalier dérobé menant au Couvent des Grands Augustins permettait aux Sénateurs d’investir, ou de quitter, un salon en toute discrétion !

LA GASTRONOMIE

Lapérouse est le premier restaurant à décrocher 3 étoiles. Et ce jusqu’en 1969. Il fallait tenir la promesse. Une nouvelle page gastronome scellée avec le chef Jean-Pierre Vigato. Pour sa parfaite maitrise des cuissons, sa grande culture « gastronome », sa sensibilité à l’art de vivre à la française et son regard pétillant. Entouré d’une équipe fidèle, l’ancien chef d’Apicius remet la table au cœur du navire Lapérouse. Quelques plats signature sont déjà des classiques. La charlotte de pommes de terre de Noirmoutier et son caviar Lapérouse. Le bar et les langoustines à cru, huile d’olive et herbes aromatiques. Le pigeon tendre, petits pois frais et sauce diable. Le homard bleu rôti travaillé dans sa splendeur, des pinces au corail.

Aux desserts, un autre talent tout aussi esthète et passionné : Christophe Michalak. Le chef-pâtissier, vainqueur d’une coupe du monde de pâtisserie des temps modernes, s’offre ici une nouvelle aventure, puisant dans l’histoire du lieu l’occasion de nous offrir un chassé-croisé de « légendes » pâtissières et de gourmandises de toujours, à l’image du profiterole ou vacherin Lapérouse.

MOMA GROUP
5 rue Beaujon, 75008 Paris