RESTAURANT LAPÉROUSE, UNE ROMANCE PARISIENNE

Où – Au bord de la Seine, Quai des Grands Augustins 
Quand – De 1766 à aujourd’hui, l’histoire de cette légendaire adresse parisienne 
Avec – Les personnages qui ont fait du Lapérouse un lieu incontournable

Un article à retrouver dans le Momag’.

L’iconique restaurant Lapérouse hibernera quelques semaines cet hiver pour parfaire ses fresques et ses lustres avec le souci de conserver ce qui fait tout le charme de ses salons : la patine du temps. Un « rafraîchissement » davantage qu’un renouveau mais avec quelques audaces : la décoration avec Laura Gonzalez, la pâtisserie avec Christophe Michalak, le tout chapeauté par la direction artistique de Cordelia de Castellane, soucieuse de respecter la magie du lieu et d’y proposer un nouveau souffle. Nouvel élan aussi en cuisine avec le chef Jean-Pierre Vigato qui viendra ici ouvrir les nouvelles pages gastronomiques de la maison Lapérouse.

Marchand de vin
1766 – Un limonadier rachète ce petit hôtel particulier sur les quais de Seine. L’ambition est de convertir l’adresse en « marchand de vin » à proximité du marché des volailles. Très vite, ce dit-limonadier, Lefèvre, détrône ses voisins par la qualité de ses bouteilles et des mets qu’il sert. Les mandataires et les habitués du marché y ripaillent avec entrain et appétit ; l’auberge fait le plein si bien que Lefèvre décide d’ouvrir à ses hôtes de passage les chambres de domestique du 1er étage : les petits salons de Lapérouse sont nés.

L’époque Lapérouse
1850 – Nouvel aura avec Jules Lapérouse. Tenu en estime par nombre de ses pairs, le nouveau propriétaire met son restaurant au cœur de la carte de l’intelligentsia parisienne et des galants de l’époque. Georges Sand, Victor Hugo, Émile Zola, Charles Baudelaire, Guy de Maupassant, Alfred Musset, Gustave Flaubert … Le lieu prend des airs de salon littéraire. Les intellectuels y griffonnent, les politiques y batifolent, les galants y fanfaronnent, ou vice-versa. Lapérouse aimante le Tout Paris.  En 1878, Lapérouse devient officiellement Lapérouse, rendant hommage à son propriétaire mais aussi au grand navigateur Jean-François Lapérouse.

Escoffier
À l’arrivée d’Escoffier à la tête de la maison, un autre page s’annonce. Le « roi des cuisiniers  » et « cuisinier des rois » ambitionne d’installer Lapérouse parmi les meilleures tables françaises. Lapérouse continue d’être un haut lieu parisien en s’ouvrant davantage aux notables, personnalités politiques et hommes d’affaires établis. On s’y croise, on s’y hèle, on s’y cache surtout ! Les petits salons privés deviennent l’antre des amours des sénateurs et des cocottes qui, miroir à l’appui, vérifient la validité des diamants reçus. Lapérouse, le restaurant où il fait bon s’encanailler à l’abri des regards et être vu !

À présent
Les années passent, les illustres aussi, les salons demeurent. Eugène Delacroix, Hector Berlioz, Sarah Bernhardt, Orson Welles, Wallis Simpson, François Mitterrand … On dit que Serge Gainsbourg y rencontra Jane Birkin, on dit tant et si peu … car les petits salons se font forts de taire leurs secrets.

 

Ouvert du mardi au samedi pour le dîner de 19h à 22h et du mardi au vendredi de 12h30 à 14h pour le déjeuner

Réservation au + 33 1 43 26 68 04

Lapérouse, 51 Quai des Grands Augustins 75006 Paris
www.laperouse.com
restaurant@laperouse.com
@laperouse_paris